Les débouchés du BTS Esthétique

Lorsque l’on parle du BTS esthétique, on a généralement tendance à se focaliser sur le terme « esthétique » sans vraiment connaître les divers débouchés que peut offrir ce diplôme. Bien sûr, ils sont tous en rapport avec le monde de la beauté mais dans des domaines parfois très élargis. Petit tour d’horizon des portes qu’il vous ouvre.

Les débouchés post-diplôme

1) Esthéticienne

Documentation
Le BTS esthétique offrant une formation complète au niveau des soins esthétiques, vous avez bien sûr votre place en institut. En complément des soins du visage étudiés en CAP, il prépare à des soins du corps très poussés et approfondit les connaissances déjà en place concernant les mains, les pieds et le maquillage. Pourtant les employeurs rechignent souvent à embaucher la titulaire d’un BTS comme esthéticienne pour une raison bien simple : ils la considèrent comme surdiplômée par rapport au poste. Le salaire d’une esthéticienne en institut équivaut au Smic alors qu’un BTS implique une rémunération de niveau cadre.

En thalasso ou dans un spa le salaire est souvent un peu plus important grâce à la connotation « luxe » associée à ce type d’établissement. Mais quoiqu’il en soit, ne vous attendez pas à atteindre des sommets.

Si vous voulez être votre propre maître, le statut d’esthéticienne indépendante vous conviendra tout à fait. Si vous pouvez en outre vous prévaloir de spécialisations (prothésie ongulaire, maquillages spécifiques…), le bouche-à-oreille cumulé au partenariat avec une marque reconnue vous assurera une clientèle régulière. A ce niveau on ne peut plus parler de salaire mais de revenus et ces derniers dépendront de l’importance de votre clientèle.

2) Gérante d’institut ou de parfumerie

Les recruteurs apprécient particulièrement les titulaires du BTS esthétique en raison de la solide formation en commerce et en gestion qui accompagne ce diplôme. Vous devrez diriger l’équipe d’esthéticiennes, assurer la gestion des stocks et la comptabilité, organiser, planifier… Autant de tâches nécessitant de solides qualités commerciales et managériales mais offrant des responsabilités intéressantes.

Vous pouvez également créer votre affaire. Outre les connaissances commerciales que vous auront apportées votre formation, vous devrez aussi faire preuve de certaines qualités : faculté d’adaptation (pour résoudre rapidement un problème possible), imagination, diplomatie, persuasion (toujours utile face à un banquier!)…

3) Enseignante

Le BTS esthétique cosmétique donne la possibilité d’enseigner les techniques professionnelles à deux niveaux :

  • après une année d’activité professionnelle salariée dans le domaine ésthétique pour les classes de CAP ;
  • après trois années pour les classes de bac pro et BTS.

L’examen d’habilitation à l’enseignement comporte quatre épreuves :
– épreuve scientifique et technologique (biochimie-biologie, cosmétologie, technologie des matériels), 3h, coeff. 1
– projet d’organisation ou étude de cas, 3h, coeff. 1
– épreuve pratique (mise en oeuvre de techniques professionnelles), 4h maxi, coeff. 2
– épreuve orale de pédagogie, 1h (30 mn d’exposé suivi de 30 mn d’entretien), coeff. 2

Le programme de référence de l’examen étant le même que celui du BTS, il ne nécessite pas de préparation particulière.

Les formations et spécialisations complémentaires

Le BTS esthétique n’est pas obligatoirement une fin en soi et peut donner lieu à une poursuite d’étude, soit avec des formations permettant de se spécialiser, soit avec des diplômes supplémentaires.

1) Formation spa manager

La demande de soins de beauté en spa étant en constante progression, une nouvelle profession a vu le jour : le spa manager. Son rôle consiste à assurer la gestion des spas (évaluation des stocks et commandes, plannings, vérification de la qualité des soins…).

Le cursus s’effectue généralement par modules successifs, vous laissant ainsi le choix d’une formation complète ou partielle selon les connaissances que vous possédez déjà. La formation complète dure environ 1 an.

2) Formation socio-esthéticienne

Cette formation apprend à adapter les soins esthétiques à certaines catégories de populations : atteintes dans leur intégrité physique (maladie, accident, vieillesse) ou en détresse morale (détention, chomâge…). Elle s’effectue en alternance sur 7 mois comportant cours théoriques, formation pratique et stage en milieu professionnel.

Les domaines d’intervention de la socio-esthéticienne se situent en structures hospitalières (tous services de médecine et de chirurgie), en milieu gériatrique (établissements d’hébergement, services maintien et soins à domicile) et dans le secteur médico-social (milieu carcéral, centres sociaux, centres d’insertion…).

3) Formation aux métiers du conseil, de l’animation et de la formation

Egalement en aternance sur une période de 12 mois, elle nécessite un partenariat avec une grande marque de cosmétiques dont vous pourrez ensuite promouvoir les produits et former à leur utilisation.

4) Licence professionnelle de cosmétologie

Cette licence créée par la faculté de pharmacie et accessible en un an forme des techniciens en cosmétologie industrielle (formulation, fabrication et contrôle des produits). Le programme porte sur les matières suivantes : cosmétologie (120 h), galénique (30 h), contrôles (120 h), qualitologie (40 h), biologie (56 h), informatique (40 h), marketing (24 h) et anglais (30h).

Une réalisation d’un projet tutoré de 150 heures prépare au stage de 3 à 4 mois obligatoire. La soutenance d’un mémoire détermine la délivrance de la licence. Vous pouvez faire suivre cette dernière d’un Master en cosmétologie et d’un Doctorat en cosmétologie.

Comme vous le voyez, un BTS esthétique cosmétique ne limite pas les débouchés aux seuls soins esthétiques. Même si ce diplôme n’est pas toujours rémunéré à sa juste valeur, il permet d’occuper des postes intéressant et ouvre de belles perspectives d’avenir.

Partagez votre avis ou faites part de votre expérience :

*